Accueil  > Actualités  >  Détail Une oeuvre de Villeglé pour le musée !

Une oeuvre de Villeglé pour le musée !

ImprimerPDFEnvoyer à un ami
02 février 2016

Une donation des Amis du musée pour fêter les 20 ans de l'association.


Jacques Villeglé (né en 1926) - Rue Joubert (Angers), 1957 - Affiches lacérées, marouflées sur toile, 43 x 65 cm - Musée des beaux-arts de Quimper © Musée des beaux-arts de Quimper / ADAGP, Paris 2016

Jacques Villeglé (né en 1926) - Rue Joubert (Angers), 1957 - Affiches lacérées, marouflées sur toile, 43 x 65 cm - Musée des beaux-arts de Quimper © Musée des beaux-arts de Quimper / ADAGP, Paris 2016

1er étage, salle 24

  L'œuvre, résultat d’une superposition d’affiches lacérées, est très représentative du mode opératoire de l'artiste.  Son univers est constitué, depuis près de soixante ans, de publicités déchiquetées, réutilisées et détournées, comme s’il « tailladait » la ville. Depuis la fin des années 1940, il utilise quasi exclusivement le « matériau » de l’affiche lacérée qu’il prélève ou collectionne dans les rues pour les maroufler sur toile, sans intervenir sur leur composition. Il revendique une certaine filiation avec Matisse en indiquant, avec quelque humour, que lorsque le grand maître colle ses papiers, Villeglé, lui, décolle.

Il laisse émerger du chaos de la ville une certaine esthétique où s’unissent textes et images dans un tourbillon de couleurs et de mots fragmentés. Le quotidien, le « vil » entrent ainsi dans le monde de l’art : s’il n’intervient pas sur l’affiche elle-même, Villeglé choisit sa proie en examinant le lien qu’elle peut faire naître entre beauté plastique et message politique, poétique ou social. « Mon œuvre, dit Villeglé, s’est organisée sous l’égide du "Lacéré Anonyme"… cette notion d’anonymat m’a sauvé : car si j’avais produit moi-même des affiches ou des tableaux, j’en aurais fait un très calme le matin puis un autre expressionniste une heure plus tard. Or j’avais besoin, en tant qu’artiste, d’oublier mon identité et mes humeurs personnelles. Au moment où est apparue l’idée de "Lacéré Anonyme", j’ai su que j’avais trouvé l’idée générale. »

Malgré ses origines, Jacques Villeglé a peu travaillé en Bretagne.

On a tenté de définir Villeglé : le promeneur cueilleur, le chroniqueur des rues, le ravisseur, le non-peintre, le releveur de traces de civilisation, l’archéologue urbain…

Le musée possède un don de l'artiste "Rue Chaptal (Quimper), datée de 2006.