Agrandir l'image jpg 241Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
René-Xavier Prinet (1861-1946) - La plage de Cabourg, vers 1910 - Huile sur toile, 84 x 100 cm - Collection particulière © Michael Bundy

Exposition

Publié le

Les derniers impressionnistes, le temps de l'intimité

L'exposition, partagée entre le musée des beaux-arts et le musée départemental breton, est dédiée à La Société Nouvelle de Peintres et de Sculpteurs, la confrérie d’artistes la plus célèbre et la plus caractéristique d’une des périodes les plus riches de l’art français et européen. De la fin du XIXe à la première moitié du XXe siècle, face à une modernité qui allait peu à peu tout dévorer...

nos artistes surent séduire les publics des deux côtés de l’Atlantique, la critique, les conservateurs et les expositions internationales. Le Sidaner, Aman-Jean, Cottet, Dauchez, Prinet, Henri Martin, … chacun d’entre eux avait son propre style, parfaitement identifiable, mais tous partageaient une vision sentimentale de la nature : rendre les êtres et la nature tels qu’on les aperçoit, en laissant deviner ce qu’ils ont de profond, de tragique ou de mystérieux. C’est ainsi qu’ils furent qualifiés d’intimistes. En respectant la véracité des apparences, en perpétuant les valeurs permanentes de l’art européen, le souci de l’évocation dans le paysage ou de la psychologie dans le portrait, en s’attachant à rendre la poésie, la tendresse de leurs sujets, ils ont réussi à nous parler de nous-mêmes. C’est ainsi qu’à la fin de leur carrière, nos artistes furent regardés par les observateurs de leur temps comme les derniers représentants de l’impressionnisme.

Les deux musées publics de Quimper s’unissent pour célébrer ce grand moment de l’histoire de l’art en présentant une exceptionnelle exposition déployée sur deux lieux. Le musée des beaux-arts s’attarde sur le patronage de Rodin, sur les grandes pages du paysage urbain ou champêtre ainsi que sur un ensemble de portraits virtuoses. Le Musée départemental breton célèbre la mer sauvage, les plaisirs balnéaires de la Belle Époque en Bretagne, terre d’élection de nombre de ces peintres tels que Charles Cottet, Lucien Simon ou André Dauchez.

Au musée des beaux-arts, outre deux salles du rez-de-chaussée consacrées à l'exposition, le visiteur pourra accéder à l'étage au cabinet des arts graphiques et découvrir les précieux talents d’artistes amateurs des techniques de l’eau-forte ou de la lithographie. Les planches d’Edmond Aman-Jean, Albert Besnard ou Henri Martin rivalisent de virtuosité et offrent un heureux contrepoint aux peintures intimistes.

> Découvrir l'ensemble des actions culturelles et pédagogiques de l'exposition