Art des 20e et 21e siècles

PAYSAGE, LA FERME

Jean LE MOAL (1909-2007)

1943

Agrandir l'image jpg 337Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Jean Le Moal (1909-2007) - Paysage, la ferme, 1943 - Huile sur toile, 24 x 35 cm - musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP Paris

Huile sur toile

2012-3-1

Achat auprès d’Antiquités Champaubert, Paris en 2012

H.24 cm - L. 35 cm

Découvrir ce paysage de ferme de 1943 de Jean Le Moal, c’est peut-être comprendre les fondements de sa peinture et ce qui l’a amené à peindre des oeuvres comme L’Océan ou Hommage à Chardin.

Durant l’Occupation, l’artiste participe en 1941, à l’exposition des Vingt jeunes peintres de tradition française, en résistance à l’Entartete Kunst des Nazis. Il crée également costumes et décors pendant deux ans pour des troupes de théâtre. Fuyant le service de travail obligatoire, il séjourne un temps à Vannes, chez son père. Ce séjour est déterminant : il se consacre entièrement à la peinture et son travail effréné va peu à peu le conduire au seuil de la non-figuration.

Ce paysage qu’il définit alors, avec la maison au dessin si caractéristique, à moitié enfoncée dans le sol (…) l’arbre, pommier sans doute, travaillé par un rhumatisme déformant… Le Moal retient surtout du Finistère plutôt que des violences et des drames une sorte de mirage clos où s’enferment quelques maisons et quelques barques (Camille Bourniquel)

Point d’inspiration du légendaire breton dans son œuvre mais une libération de la représentation traditionnelle du paysage. Le Moal crée un espace architecturé et fragmenté au chromatisme intense  où l’on peut sentir les apports des révolutions cubiste et fauve. Quelques éléments réalistes structurent encore la toile mais les lignes verticales et obliques qui retiennent l’éclat des couleurs font déjà penser à l’art du vitrail dans lequel Le Moal excelle durant toute sa carrière artistique. Quatre ans plus tard, Le Moal bascule dans la non-figuration, ne retenant que le rythme du visible, sans tomber dans l’abstraction pure. Il ne cesse de faire référence à la poésie de la nature, « l’étrange sérénité du Mystère exprimée dans une forme rigoureuse et plastique  ».

Art des 20e et 21e siècles

PAYSAGE, LA FERME

Jean LE MOAL (1909-2007)

1943

Agrandir l'image jpg 337Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Jean Le Moal (1909-2007) - Paysage, la ferme, 1943 - Huile sur toile, 24 x 35 cm - musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP Paris

Huile sur toile

2012-3-1

Achat auprès d’Antiquités Champaubert, Paris en 2012

H.24 cm - L. 35 cm

Découvrir ce paysage de ferme de 1943 de Jean Le Moal, c’est peut-être comprendre les fondements de sa peinture et ce qui l’a amené à peindre des oeuvres comme L’Océan ou Hommage à Chardin.

Durant l’Occupation, l’artiste participe en 1941, à l’exposition des Vingt jeunes peintres de tradition française, en résistance à l’Entartete Kunst des Nazis. Il crée également costumes et décors pendant deux ans pour des troupes de théâtre. Fuyant le service de travail obligatoire, il séjourne un temps à Vannes, chez son père. Ce séjour est déterminant : il se consacre entièrement à la peinture et son travail effréné va peu à peu le conduire au seuil de la non-figuration.

Ce paysage qu’il définit alors, avec la maison au dessin si caractéristique, à moitié enfoncée dans le sol (…) l’arbre, pommier sans doute, travaillé par un rhumatisme déformant… Le Moal retient surtout du Finistère plutôt que des violences et des drames une sorte de mirage clos où s’enferment quelques maisons et quelques barques (Camille Bourniquel)

Point d’inspiration du légendaire breton dans son œuvre mais une libération de la représentation traditionnelle du paysage. Le Moal crée un espace architecturé et fragmenté au chromatisme intense  où l’on peut sentir les apports des révolutions cubiste et fauve. Quelques éléments réalistes structurent encore la toile mais les lignes verticales et obliques qui retiennent l’éclat des couleurs font déjà penser à l’art du vitrail dans lequel Le Moal excelle durant toute sa carrière artistique. Quatre ans plus tard, Le Moal bascule dans la non-figuration, ne retenant que le rythme du visible, sans tomber dans l’abstraction pure. Il ne cesse de faire référence à la poésie de la nature, « l’étrange sérénité du Mystère exprimée dans une forme rigoureuse et plastique  ».

Informations annexes au site