École de Pont-Aven

BRETONNE DANS UNE BARQUE

Maurice Denis (1870-1943)

1891-1892

Agrandir l'image jpg 149Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Maurice Denis (1870-1943), Bretonne dans une barque, 1891-1892, Huile sur papier marouflé sur bois, 28 x 39,5 cm, musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP, Paris

Huile sur papier marouflé sur bois

76-1-1

Achat dans le commerce de l’art en 1976

H. 28 cm - L. 39,5 cm

Principal porte-parole du groupe des Nabis, Maurice Denis invente en 1890 la formule radicale, restée célèbre, fondatrice de la modernité en peinture : « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ».

Il découvre très tôt la Bretagne et tombe sous le charme de Perros-Guirec sur la côte nord où il achète, en 1908, une grande maison surnommée « Silencio ».

Cette huile sur bois au format modeste représente une Bretonne en costume traditionnel de la région de Perros-Guirec tenant dans ses bras un enfant et assise dans un frêle esquif qui semble naviguer au gré des flots. Souvent assimilée à une Vierge à l’Enfant, motif que Maurice Denis reprend dans plusieurs peintures plus tardives, cette femme est avant tout le symbole de la mère pleine d’amour qui tente de protéger son enfant des dangers du monde qui l’entoure. Outre le symbolisme du thème, le traitement pictural relève de la même esthétique nabi. Le cadrage resserré qui coupe à mi-hauteur la voile et le mât témoigne de l’influence de l’art japonais. La mer traitée en touches de bleus et de blancs tourmentées offre un fort contraste avec la scène qui se joue dans le petit bateau à voile : la voile, l’intérieur de la barque et les personnages sont peints dans des tons pastels qui renforcent l’impression de cocon, de douceur, et d’amour maternel qui invite le spectateur à entrer dans une scène attachante et presque universelle.

École de Pont-Aven

BRETONNE DANS UNE BARQUE

Maurice Denis (1870-1943)

1891-1892

Agrandir l'image jpg 149Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Maurice Denis (1870-1943), Bretonne dans une barque, 1891-1892, Huile sur papier marouflé sur bois, 28 x 39,5 cm, musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP, Paris

Huile sur papier marouflé sur bois

76-1-1

Achat dans le commerce de l’art en 1976

H. 28 cm - L. 39,5 cm

Principal porte-parole du groupe des Nabis, Maurice Denis invente en 1890 la formule radicale, restée célèbre, fondatrice de la modernité en peinture : « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ».

Il découvre très tôt la Bretagne et tombe sous le charme de Perros-Guirec sur la côte nord où il achète, en 1908, une grande maison surnommée « Silencio ».

Cette huile sur bois au format modeste représente une Bretonne en costume traditionnel de la région de Perros-Guirec tenant dans ses bras un enfant et assise dans un frêle esquif qui semble naviguer au gré des flots. Souvent assimilée à une Vierge à l’Enfant, motif que Maurice Denis reprend dans plusieurs peintures plus tardives, cette femme est avant tout le symbole de la mère pleine d’amour qui tente de protéger son enfant des dangers du monde qui l’entoure. Outre le symbolisme du thème, le traitement pictural relève de la même esthétique nabi. Le cadrage resserré qui coupe à mi-hauteur la voile et le mât témoigne de l’influence de l’art japonais. La mer traitée en touches de bleus et de blancs tourmentées offre un fort contraste avec la scène qui se joue dans le petit bateau à voile : la voile, l’intérieur de la barque et les personnages sont peints dans des tons pastels qui renforcent l’impression de cocon, de douceur, et d’amour maternel qui invite le spectateur à entrer dans une scène attachante et presque universelle.

Informations annexes au site