École française des 17e et 18e siècles

PORTRAIT D'HOMME

Philippe CHERY (1759-1826)

1786

Agrandir l'image jpg 117Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Philippe Chéry (1759-1826) Portrait d'homme, 1786, huile sur bois, 60 x 75 cm © musée des beaux-arts de Quimper

Huile sur toile

873-1-411

Legs de Silguy, 1864

H. 60 cm - L. 75 cm

Philippe Chéry est plus connu pour son engagement politique que pour sa peinture, encore peu étudiée. Elève de Vien, il fut un révolutionnaire convaincu et fut blessé lors de la prise de la Bastille. Ce portrait, longtemps attribué à Greuze, est remarquable par sa grande sobriété, caractéristique du style du peintre et du genre du portrait à la fin du XVIIIe siècle. Le décor, qui se réduit au dossier d'un fauteuil, est devenu superflu. La simplicité du modèle non identifié à ce jour et la couleur blanche des vêtements pourraient faire référence à l'idéologie révolutionnaire du moment.

École française des 17e et 18e siècles

PORTRAIT D'HOMME

Philippe CHERY (1759-1826)

1786

Agrandir l'image jpg 117Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Philippe Chéry (1759-1826) Portrait d'homme, 1786, huile sur bois, 60 x 75 cm © musée des beaux-arts de Quimper

Huile sur toile

873-1-411

Legs de Silguy, 1864

H. 60 cm - L. 75 cm

Philippe Chéry est plus connu pour son engagement politique que pour sa peinture, encore peu étudiée. Elève de Vien, il fut un révolutionnaire convaincu et fut blessé lors de la prise de la Bastille. Ce portrait, longtemps attribué à Greuze, est remarquable par sa grande sobriété, caractéristique du style du peintre et du genre du portrait à la fin du XVIIIe siècle. Le décor, qui se réduit au dossier d'un fauteuil, est devenu superflu. La simplicité du modèle non identifié à ce jour et la couleur blanche des vêtements pourraient faire référence à l'idéologie révolutionnaire du moment.

Informations annexes au site