Ecole française 19e siècle

LES INCOMPRIS

André Victor Edouard DEVAMBEZ (1867-1944)

Vers 1904

Agrandir l'image jpg 205Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
André-Victor Devambez (1867-1944) - Les Incompris, vers 1903-1904 - Huile sur toile, 92 x 112 cm - Musée des beaux-arts de Quimper © Musée des beaux-arts de Quimper

Huile sur toile

55-64

Legs Corentin-Guyho, 1936

H. 91,7 cm - L. 11,5 cm

Le personnage féminin à gauche, le journal L’Art en main et le bras gauche posé sur une boîte de peintures, est considéré comme le portrait sans concession de Victorine Meurent, modèle de Manet, mais aussi peintre, alors âgée de plus de soixante ans. Aucun nom n’a été avancé pour le  solitaire affalé devant sa bière, le regard perdu, à droite, même s’il évoque néanmoins la photographie de Verlaine au café François 1er par Dornac (Pais, musée Carnavalet) ; ni pour le trio bruyant attablé autour d’un absinthe, et rien ne permet de savoir dans quel domaine chacun d’eux aurait pu se révéler. Si l’on veut bien considérer que ce tableau représente au moins un peintre et un poète, on peut supposer que les Incompris de Devambez sont proches des personnages de La Bohème d’Henri Murger. Dès lors, on pourrait admettre que ce café au décor anodin, serait le Café Momus, rue des Prêtres-Saint-Germain-l’Auxerrois, l’un des plus célèbres rendez-vous de la bohème artistique et littéraire fin de siècle.

Ecole française 19e siècle

LES INCOMPRIS

André Victor Edouard DEVAMBEZ (1867-1944)

Vers 1904

Agrandir l'image jpg 205Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
André-Victor Devambez (1867-1944) - Les Incompris, vers 1903-1904 - Huile sur toile, 92 x 112 cm - Musée des beaux-arts de Quimper © Musée des beaux-arts de Quimper

Huile sur toile

55-64

Legs Corentin-Guyho, 1936

H. 91,7 cm - L. 11,5 cm

Le personnage féminin à gauche, le journal L’Art en main et le bras gauche posé sur une boîte de peintures, est considéré comme le portrait sans concession de Victorine Meurent, modèle de Manet, mais aussi peintre, alors âgée de plus de soixante ans. Aucun nom n’a été avancé pour le  solitaire affalé devant sa bière, le regard perdu, à droite, même s’il évoque néanmoins la photographie de Verlaine au café François 1er par Dornac (Pais, musée Carnavalet) ; ni pour le trio bruyant attablé autour d’un absinthe, et rien ne permet de savoir dans quel domaine chacun d’eux aurait pu se révéler. Si l’on veut bien considérer que ce tableau représente au moins un peintre et un poète, on peut supposer que les Incompris de Devambez sont proches des personnages de La Bohème d’Henri Murger. Dès lors, on pourrait admettre que ce café au décor anodin, serait le Café Momus, rue des Prêtres-Saint-Germain-l’Auxerrois, l’un des plus célèbres rendez-vous de la bohème artistique et littéraire fin de siècle.

Informations annexes au site