Max Jacob et ses amis

UN PARDON EN PAYS BIGOUDEN

Lionel FLOCH (1885-1972)

1934

Agrandir l'image jpg 134Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Lionel Floc'h (1895-1972) Un pardon en pays bigouden, 1942, huile sur toile, 150 x 463 cm, musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP Paris

Huile sur toile

92-4

Don de collectionneurs désirant rester anonymes en 1992

H. 150 cm - L. 463 cm

Fils d’une famille aisée, Lionel Floch est un élève brillant du lycée de la Tour d’Auvergne à Quimper. Il s’illustre particulièrement en philosophie. Son professeur de dessin découvre ses aptitudes et l’envoie se former chez le peintre Deyrolle à Concarneau. Après-guerre, il est nommé receveur de l’Enregistrement des finances.  En 1923, il occupe le bureau de Pont Croix. Il en profite pour se remettre à la peinture et rencontre les peintres qui fréquentent l’hôtel des voyageurs. Il est aussi un des grands amis du poète Max Jacob et fréquente Jean Moulin. En 1949, il est nommé à Grasse, puis de 1950 à 1958, à Chinon, où il s’intéresse à la peinture abstraite. A la retraite, il revient à Quimper. Il expose régulièrement à Paris, au Salon des Artistes Français ou au Salon d’Automne. Il a principalement peint, gravé ou sculpté (pour les faïenceries) des scènes réalistes, des paysages, des portraits et des scènes du cirque.

Cette composition imaginaire qui rassemble côte à côte la chapelle Notre-Dame de la Joie de Penmarc’h et le calvaire de Tronoën est une commande de 1934 pour la salle d'exposition des voitures du nouveau garage Renault de Quimper, construit par l'architecte Olivier Mordrelle sur le quai Dupleix. Lionel Floch a réalisé un deuxième ensemble décoratif à Quimper consacré à la pêche en Bretagne pour les murs de la salle à manger de l’hôtel Pascal. Le peintre a su mêler le côté traditionnel du pardon (les tentes des crêpières et la buvette) et des paysans en costume bigouden avec la modernité apportée par les forains, les manèges et la présence de l’automobile.

Max Jacob et ses amis

UN PARDON EN PAYS BIGOUDEN

Lionel FLOCH (1885-1972)

1934

Agrandir l'image jpg 134Ko (Voir légende ci-après) (fenêtre modale)
Lionel Floc'h (1895-1972) Un pardon en pays bigouden, 1942, huile sur toile, 150 x 463 cm, musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP Paris

Huile sur toile

92-4

Don de collectionneurs désirant rester anonymes en 1992

H. 150 cm - L. 463 cm

Fils d’une famille aisée, Lionel Floch est un élève brillant du lycée de la Tour d’Auvergne à Quimper. Il s’illustre particulièrement en philosophie. Son professeur de dessin découvre ses aptitudes et l’envoie se former chez le peintre Deyrolle à Concarneau. Après-guerre, il est nommé receveur de l’Enregistrement des finances.  En 1923, il occupe le bureau de Pont Croix. Il en profite pour se remettre à la peinture et rencontre les peintres qui fréquentent l’hôtel des voyageurs. Il est aussi un des grands amis du poète Max Jacob et fréquente Jean Moulin. En 1949, il est nommé à Grasse, puis de 1950 à 1958, à Chinon, où il s’intéresse à la peinture abstraite. A la retraite, il revient à Quimper. Il expose régulièrement à Paris, au Salon des Artistes Français ou au Salon d’Automne. Il a principalement peint, gravé ou sculpté (pour les faïenceries) des scènes réalistes, des paysages, des portraits et des scènes du cirque.

Cette composition imaginaire qui rassemble côte à côte la chapelle Notre-Dame de la Joie de Penmarc’h et le calvaire de Tronoën est une commande de 1934 pour la salle d'exposition des voitures du nouveau garage Renault de Quimper, construit par l'architecte Olivier Mordrelle sur le quai Dupleix. Lionel Floch a réalisé un deuxième ensemble décoratif à Quimper consacré à la pêche en Bretagne pour les murs de la salle à manger de l’hôtel Pascal. Le peintre a su mêler le côté traditionnel du pardon (les tentes des crêpières et la buvette) et des paysans en costume bigouden avec la modernité apportée par les forains, les manèges et la présence de l’automobile.

Informations annexes au site